Cette période de confinement imposée nous donne aussi l’occasion de (re)découvrir quelques films du célèbre Bill Mason dont vous trouverez les liens en bas de l’article. Ces films de 1977, mais toujours tant d’actualité, sont mis à disposition gracieusement par l’office national du film du Canada.

Difficile de parler de canoë en pleine nature sans évoquer cet esthète du canotage (en québecois le canoë se dit canot !).

Extrait de Wikipédia :

Bill Mason est considéré par certains comme le “Saint patron du canotage”. Pour plusieurs pagayeurs canadiens et américains, ses films et ses livres ont été le point de départ de l’apprentissage des techniques de canot. D’une certaine façon, Bill, sa femme Joyce, son fils Paul et sa fille Becky sont les visages du canot au Canada.

Il a utilisé une variété de canots de la compagnie Chestnut, mais son favori était sans contredit un Prospecteur rouge de Chestnut, un canot de 16 pieds en cèdre entoilé qu’il disait être le canot le plus polyvalent jamais fait, malgré la popularité de canots plus modernes et plus durables. Après sa mort, son canot a été donné au Musée canadien du canot situé à Peterborough en Ontario, où il est exposé. Sa femme Joyce et ses enfants Paul et Becky ont participé à plusieurs de ses expéditions, de ses films et de ses livres et ont continué à écrire après sa mort sur le canot et l’environnement.

Bill Mason maîtrisait autant l’art du canot solo que celui du canot duo, et était aussi un grand adepte du canot-camping. C’est pourquoi il a développé plusieurs techniques de descentes de rapides avec des canots lourdement chargés, dont celle du bac arrière qui consiste à se déplacer perpendiculairement au courant en angulant son canot et en propulsant vers l’arrière.

Laisser un commentaire